Premières lignes : Fables et légendes japonaises

Chères lecteurs et lectrices aimant la lecture,

Cette semaine, j’ai commencé le roman Fables et légendes japonaises d’Ippei Otsuka publié par Ynnis éditions.

Le rendez-vous hebdomadaire Premières lignes a été créé par Ma lecturothèque  et il vise à faire découvrir un livre au travers de ses premières lignes. Je vise à vous faire découvrir mes nouvelles lectures au travers de ses premières lignes et de sa 4e de couverture.

N’hésitez pas à me faire part de vos réflexions ou à inscrire en commentaire le lien de votre rendez-vous.

4e de couverture

« Des récits intemporels, des héros incontournables du folklore nippon !

Aussi nombreux que fascinants, les contes du Japon et leurs enseignements traversent les âges. La sagesse, mais aussi la bravoure, la sincérité ou encore l’amitié y sont centrales. Découvrez dans cet ouvrage ces récits porteurs de valeurs, qui mettent en scène les personnages emblématiques des légendes nipponnes : Son Goku, Momotaro, Kintaro, Hanako et tant d’autres.

Une lecture pour tous! »

Premières lignes

« Daidarabotchi, le géant tyranique

On raconte qu’il y a bien longtemps, sur l’île de Daio, dans la mer poissonneuse au large de la péninsule de Shima, vivait un géant. Un géant qui n’avait qu’un seul oeil mais ce n’était pas parce qu’il avait perdu l’autre. Son unique oeil brillait au milieu de son visage, juste au-dessus de son nez, car c’était un véritable cyclope, aux dimensions colossales même pour sa race. Il s’appelait Daidarabotchi. Pour se rendre compte à quel point il était grand, il suffisait de l’imaginer parcourir la distance entre l’île de Daio et le petit village de pêcheurs de Nagiri sur la côte. Il pouvait la franchir en quelques bonds.

Il atteignait la terre ferme très rapidement et très facilement. Et cela n’était pas du goût des pêcheurs de Nagiri. Ils retrouvaient souvent Daidarabotchi dans leur village, et sa présence était embarrassante et désagréable. De plus, il arrivait toujours sans prévenir. À chaque fois que Daidarabotchi avait un petit creux, il rejoignait Nagiri en quelques pas et prenait boisson et nourriture sans rien demander. Et vu sa taille, quand il s’en allait, il ne restait presque rien pour les pauvres pêcheurs qui désespéraient et maudissaient ce géant tyrannique qui leur servait de voisin. Comment pouvaient-ils lutter contre un monstre qui, d’une seule main, était capable d’attraper une barque pleine de poissons fraîchement pêchés et de la verser au fond de son gosier en une seule fois ? Et comment pouvaient-ils se défendre contre quelqu’un qui pouvait briser leurs maisons en les piétinant, tout simplement parce qu’il était de mauvaise humeur ce jour-là ? Cela n’était plus possible. »

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

6 commentaires sur « Premières lignes : Fables et légendes japonaises »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :