Mon avis… Abrano t.2

POIRIER, Julien G.. Abrano : t. 2. Candiac : Éditions Ediligne, 2021.

Chers lecteurs et chères lectrices,

Aujourd’hui, je vous présente mon avis sur le second tome de la duologie Abrano de Julien G. Poirier publié chez les Éditions Ediligne.

J’ai découvert le premier tome d’Abrano lors du Salon international du livre de Québec. Puisque j’ai aimé le premier tome de la série, j’ai décidé de poursuivre ma lecture des aventures d’Abrano avec le deuxième tome.

4e de couverture

« L’Ombre a frappé à la porte du Royaume. Heureusement, Abrano et l’armée orestoran ont su repousser les Morts-Vivants au-delà des frontières. Mais quels autres plans l’ennemi peut-il bien avoir en réserve ? Les Géants et les Fées devinent, eux aussi, la menace qui s’avance sur l’Agaleor. Une alliance entre les Trois Peuples semble inévitable.

Abrano découvrira bien vite que la quête dans laquelle il s’est plongé est plus vaste qu’il ne le croyait.

Le Livre de Fravonte lui révélera le lourd passé des Géants, et en quoi ce passé continue de les hanter, constituant un grave péril pour les Royaumes Libres. Même s’il a déjà affronté de nombreux dangers, le véritable défi se trouve sans aucun doute à l’avant de son destin. »

Autre article sur le sujet

Premières lignes : Tome 1, Tome 2
Mon avis Abrano tome 1
Le mardi sur son 31 Abrano t. 2

Mon avis…

J’ai commencé la lecture de ce second tome durant le défi de La semaine à 1000 pages du Pingouin Vert de septembre. Puis, j’ai poursuivi ma lecture jusqu’à la fin novembre. 

Le genre littéraire de Abrano est identique au premier tome, soit un roman merveilleux, un récit d’aventures où notre héros accomplit des quêtes (changeantes) opposant le bien et le mal (Abrano contre l’Ombre).

Style

Ce deuxième et dernier tome de la série diverge du style d’écriture que Julien G. Poirier emploie dans le tome un. 

Le premier est accessible dès 12 ans, la typographie est grosse (14-16). Toutefois, il prend des mots tirés d’un français plus vieux (étrécir, houppier, etc.) ce qui aurait mérité un lexique et il ne décrit pas à l’excès l’environnement. 

Quant au tome deux, il présente une typographie plus petite (12) et de nombreuses descriptions longues qui présentent l’environnement. Bien que la typographie soit différente, les deux tomes ont un nombre de pages semblable (347 et 384) qui, à typographie égale, rend le tome deux bien plus long que le premier.

De plus, le tome deux contient le texte d’un livre qu’Abrano, le héros, lit durant la première moitié du livre. Ce livre, inclus dans le récit Abrano, apporte certains éclaircissements, mais il demeure toutefois une étrangeté rarement aperçue dans d’autres livres.

Tous ces éléments différents combinés portent à penser que le tome deux est destiné à un public plus aguerri à la lecture. Personnellement, bien que j’aie de la facilité à lire, la typographie plus petite et les descriptions riches et longues ont diminué grandement ma vitesse de lecture.

Chronologie

Le passage du temps m’avait demandé un certain effort d’attention dans le tome un puisqu’il était intégré au fil des paragraphes. Or, bien que plusieurs années s’écoulent dans le tome deux, le passage du temps est plus remarqué puisqu’il est clairement indiqué au début des chapitres. C’est donc une amélioration.

Toutefois, en continuité avec le tome un, le calendrier solaire particulier que l’auteur emploie est plus mélangeant qu’utile…

Par ailleurs, tout comme dans le tome un, deux grandes cartes sont présentes au début du livre pour nous aider à suivre les pérégrinations d’Abrano. Voici les cartes fusionnées.

Carte de l’Agaleor avec pérégrinations d’Abrano

Conclusion

Depuis septembre, j’ai lu les deux tomes du diptyque Abrano qui présentent les caractéristiques du récit d’aventures.

Néanmoins, la typographie plus petite de ce tome et les longues descriptions des endroits où passe Abrano font que ce livre est plus ardu à lire. De plus, l’inclusion d’un livre dans le livre nécessite une bonne capacité d’adaptation de la part du lecteur. Toutefois, j’ai apprécié la lecture de cette série et les moments passés à lire les aventures d’Abrano. 

Le monde créé par Julien G. Poirier est intéressant et la fin de l’histoire laisse la porte ouverte à d’autres aventures en Agaleor ou même en Diacor (régions du monde du livre). 

Que ce soit dans les collines brumeuses ou ailleurs dans l’univers d’Abrano, ce jeune auteur peut laisser libre cours à son imagination et publier des suites, des antépisodes ou d’autres aventures se déroulant dans le passé ou l’avenir de la Diacor.

C’est à suivre!  

4 commentaires sur « Mon avis… Abrano t.2 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :