Dossier – Mon prof le tueur Reborn! – Arc 1 à 3

Thématiques

Dans Mon prof le tueur Reborn!, peu de thématiques sont présentes. Outre la renaissance ou la résurrection de Tsunayoshi, qui à mon avis relève plus du genre littéraire (je vous en parle plus bas), on n’observe que trois thèmes : la mafia, la famille et les amis et l’éducation.

Je vais également faire un petit aparté sur les armes bien que ce ne soit pas un thème, car c’est en lien avec le premier thème, la mafia.

Mafia

Dans ce manga, le thème central de l’histoire est la mafia. Néanmoins, puisqu’il s’agit d’un shonen nekketsu (sang chaud) et humoristique, l’univers présenté par l’auteure est différent de la réalité. Cependant, bien des éléments réels y sont repris.

Originaire de l’Italie, le terme mafia est apparu vers 1860 en Sicile. Elle désigne alors une association de criminels soumis à un seul homme, le parrain. La famille Vongola est une famille italienne créée par Vongola Primo (voir section personnages). Ainsi comme pour les mafias, l’appartenance à la famille passe par l’origine. Chacun des membres de cette famille italienne, les Vongola, est soit Italien soit Japonais de descendance italienne.

L’oeuvre d’Akira Amano laisse entrevoir les nombreuses recherches qu’elle a effectuées sur le sujet. Selon certains, la pièce I mafiusi de la Vicaria de Giuseppe Rizzotto et Gaetano Masc a contribué à la création d’une mafia protectrice et honorable telle que décrite par le préfet de Palerme Antonia Gualterio en 1865. À l’image de Gioacchino Funciazza de la pièce I mafiusi de la Vicaria, Vongola Primo crée la famille Vongola afin de protéger sa famille et ses amis.

Dans Reborn!, le thème central est la mafia, mais le thème qui vient s’y greffer transforme les implications du thème central. Ce thème, c’est la famille et les amis.

Famille et amis

L’autrice laisse paraître, durant près de dix tomes, la famille Vongola comme des tueurs à gages sanguinaires. Cependant, Tsunayoshi Sawada découvre les véritables intentions de la famille Vongola lorsqu’il doit plonger dans les affaires de la famille durant l’arc 3, protéger sa famille et ses amis.

La structure de la famille créée par Vongola Primo reprend intégralement la structure traditionnelle de la mafia. Un parrain (boss or don) (Vongola Primo, Nono, Decimo), un bras droit (underboss) (Hayato Gokudera), des lieutenants (capos) (Lambo, Yamamoto Takeshi, Ryôhei Sasagawa, Kyôya Hibari, Chrome Dokuro), des associés (associates) (Le cheval ailé, Varia, etc.) et des conseillers (consigliere) (consultants externes (Iemitsu Sawada, Basil, etc.))

© Howstuffwork

De plus, Akira Amano met de l’avant les valeurs qui, selon les mémoires du parrain Joe Bonanno, constituent le fondement d’une famille : « les rapports d’amitié, les liens familiaux, la confiance, la loyauté, l’obéissance – tout cela constitue l’ensemble des éléments qui ont cimenté notre organisation ».

Éducation

Dans Reborn! il est également question d’éducation. L’éducation présentée par Akira Amano dans cette série est formée des connaissances intellectuelles et morales acquises par une personne. Tout au long des trois arcs, et même de la série, il sera question de la scolarisation, de l’éducation civique et des entraînements.

La scolarisation se présente dès les premières pages de la série. C’est à ce moment que l’on découvre qui sera le personnage principal, un élève du secondaire. Comme tous ses camarades de classe, et n’importe quel élève dans le monde, il doit apprendre les notions qui devraient lui être utiles durant sa vie.

Sailor moon et Gakuran.
CC Fukuhen

Avant de continuer à parler de l’éducation dans le manga, je fais un petit détour et je vous parle du système d’éducation japonais. Entre 3 et 18 ans, les enfants japonais passeront par quatre niveaux d’enseignement, dont deux obligatoires. De 3 et 6 ans, ils seront en maternelle (Yochien). De 6 à 12 ans, ils suivront l’instruction obligatoire du primaire (Shogakko). De 12 à 15 ans, ils suivront l’instruction obligatoire du secondaire (Chugakko). De 15 à 18 ans, ils compléteront leur secondaire (Kotogakko). La majorité des écoles japonaises sont mixtes et la majorité des institutions d’enseignement secondaire exigent le port de l’uniforme (Gakuran ou Sailor fuku).

L’année scolaire commence en avril et elle se termine en mars. Les élèves vont à l’école cinq jours et demi par semaine pour un total de 210 jours de cours. À ces journées d’école, s’ajoutent environ 30 jours consacrés aux festivals, aux activités sportives et aux voyages scolaires. Tout au long de ses études, l’enfant devra donner le meilleur de lui-même afin de pouvoir être admis dans une prestigieuse université. La pression sociale, qu’engendre le système scolaire japonais, très élitiste, et l’intimidation mènent chaque année de nombreux jeunes au suicide.

Maintenant que le contexte est posé, parlons de la scolarisation de Tsunayoshi Sawada. Tsuna va à l’école secondaire Namimori (Namimori signifie moyen, normal) et l’uniforme est de mise. Durant le tome 12, l’hymne de Namimori est entendu et à ce moment le lecteur, informé de la pression sociale au Japon, comprend que cette école secondaire ne vise pas à former l’élite, la crème de la crème ou le meilleur, mais plutôt à former un étudiant normal qui se trouve dans la moyenne.

Tiré du tome 12

Ce fait, plutôt inattendu, me laisse penser que l’autrice dénonce cette pression sociale du meilleur et qu’elle encourage tous les élèves « moyens » à persévérer et à s’améliorer. Tsuna est appelé Tsunaze par ses camarades, car il est nul en sport et à l’école. De ce fait, il vit la pression sociale du système d’éducation japonais et l’intimidation des autres.

Je constate également qu’être éduqué et élevé sont deux notions différentes. Le premier signifie l’école et le second est synonyme de bonnes manières et de valeurs souvent inculquées par les parents. Au contact des méthodes particulières de Reborn, Tsunayoshi développe de fortes valeurs morales telles que l’amitié, le courage, l’entraide et le sens de la famille. Bref, les valeurs chères au parrain Joe Bonanno. Toutes ces valeurs émergent de l’enseignement par la dernière volonté que Reborn applique, grâce aux balles spéciales de la famille Vongola, et par l’enseignement de cet étrange professeur. (Voir le personnage de Reborn)

En poussant Tsuna, durant près de deux ans, dans des situations étranges et dans des combats, Reborn enseigne. Il donne des leçons à son élève qui, au terme de 9 tomes, s’en ressort grandi et plus confiant en ses capacités.

Armes

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un des thèmes du manga, j’en profite pour vous parler un peu des armes. Depuis la création des mafias (19e siècle), le fusil a toujours existé (couleuvrine dès la fin du 15e siècle) et il est probablement l’arme de prédilection de la mafia.

C’est à partir de ce moment qu’Akira Amano prend ses distances avec la réalité et qu’il tombe dans le merveilleux. L’arme de prédilection des parrains change en fonction de leurs habiletés. Certains se battent avec des gants (Vongola Primo et Decimo), des fusils (Vongola secondo, Vongola settimo et Xanxus), un sceptre (Vongola Nono), des couteaux (Vongola terzo), un boomerang, une arbalète ou bien encore avec des fourchettes (Vongola Quarto).

De plus, de nombreuses familles utilisent des techniques et des balles spéciales (voir les personnages de Reborn et de Longchamp Naitô ) et les flammes de dernière volonté afin d’obtenir des pouvoirs qui leur permettront de combattre.