Mon avis… Destination Terra t. 1

TAKEMIYA, Keiko. Destination Terra : t. 1. Paris : naBan, 2021.
Shonen, 3 tomes.

Vous souvenez-vous du premier anime que vous avez vu au complet?

Vous souvenez-vous du premier anime qui vous a marqué?

Avez-vous déjà écouté un anime plusieurs fois?

Je peux répondre à l’affirmative à toutes ces questions! Pour moi c’est le même titre pour chacune de ces questions : Toward the Terra (Terra-e ou Destination Terra).

Quelques années après, lorsque j’ai commencé à acheter des mangas, je me suis renseigné sur la disponibilité du manga qui avait inspiré la série. La réponse que j’ai reçue a été que le manga n’a jamais été traduit en français, mais qu’il existait une version anglaise… Je voulais tellement lire ce manga que j’ai passé outre la barrière de la langue, l’ai acheté et l’ai lu! Les éditions naBan ont annoncé en 2020 la traduction de ce titre tiré du patrimoine japonais et sa publication en 2021.

Destination Terra est finalement arrivé au Québec à la fin septembre et j’ai enfin pu le lire dans la semaine du 18 octobre. (Premières lignes : Destination Terra) Que de bonheur et de souvenirs!

4e de couverture

Première de couverture

« Dans un futur où les ressources de Terra ont été épuisées, des colonies interstellaires ont été créées pour permettre aux humains de survivre. Cette nouvelle société, dominée par des ordinateurs qui contrôlent l’intégralité des comportements humains, se débarrasse sans hésitation de tous ceux qui ne répondent pas aux critères établis.

Parmi ces humains persécutés se trouvent les « Mu », dotés de pouvoirs télépathiques, obligés de vivre cachés. C’est en reconnaissant un jeune garçon (Jomy) comme leur guide que ces habitants vont tenter de renverser ce système injuste et de retourner enfin sur Terra! »

Mon avis…

En prenant en main le manga, j’ai été surpris de constater la faible hauteur du tome (18 cm) par rapport à son épaisseur. Ça correspond environ à la hauteur d’un tome manga standard pour une épaisseur qui correspond à un tome double. Ayant la version anglaise, je m’attendais à un format semblable (21 cm), ce qui correspond environ à l’édition Perfect de Fullmetal Alchemist. Pour un manga de cette épaisseur, le choix de ce format m’a étonné et j’ai trouvé la lecture plus ardue vers le centre du tome, car je souhaitais éviter de casser le dos du livre.

La maison d’édition naBan a été créée en 2019. Elle vise à publier de nouveaux mangas, des mangas inédits dans la francophonie et des rééditions d’œuvres aux thématiques fortes. Avec la volonté de publier des mangas inédits, principalement des œuvres du patrimoine japonais, naBan aura une clientèle fidèle qui appréciera ces œuvres qui traversent aisément les époques et marquent l’imaginaire.

La deuxième surprise se retrouve dès la couverture et elle se poursuit tout au long de la série, c’est le style de dessin… Entendons-nous bien, le dessin est magnifique et les cases sont bien découpées, mais ce n’est pas le style actuel auquel nous sommes habitués avec la majorité des autres œuvres. Ça peut déplaire ou plaire.

Destination Terra a été publié entre 1977 et 1980. Que je consulte Queen Emeraldas (1978), Albator (1980)  ou Demain les oiseaux (1976), qui ont été dessinés sensiblement dans les mêmes années, je remarque que le style graphique est plutôt similaire. L’effet de profondeur, les proportions et même les visages sont souvent moins bien maîtrisés que maintenant. Néanmoins, ces dessins ont tout de même leur charme et ils parviennent, tous, à transporter le lecteur dans l’histoire.

Regardons juste l’évolution graphique qu’a subie Mickey Mouse depuis 1928. Que de changements! La mode d’aujourd’hui n’est pas la même qu’en ces années-là. Il en va de même pour les dessins et les modalités d’écriture de toutes les œuvres que j’ai mentionnées.

Malgré un style graphique différent, les trois thèmes principaux de Destination Terra sont toujours d’actualité. Depuis Louis Gagarine en 1961, et peut-être avant, les voyages dans l’espace fascinent et font rêver l’espèce humaine. Destination Terra offre aux lecteurs et lectrices une part de ce rêve spatial en y basant l’histoire de Jomy, des Mu et des Hommes.

Dès les premières pages du manga, que vous pouvez découvrir dans l’article : Premières lignes : Destination Terra, Keiko Takemiya dévoile pour quelles raisons les humains ont dû coloniser d’autres mondes et l’espace, le déclin de l’environnement… Cette thématique est, plus que jamais, au cœur des débats de notre société. La cible du réchauffement climatique limité à un degré est, déjà, grandement en péril. Espérons que l’humanité réussira à préserver la vitalité de notre Terre.

Finalement, dans cette dystopie de science-fiction, il y a un désir de normaliser l’humanité afin que chacun soit égal. Néanmoins, les Mu, des humains qui ont développé des compétences psychiques sont victimes de discrimination, la troisième et principale thématique de ce triptyque.

Les humains et les Mu parviendront-ils à mettre leurs différends de côté et à développer une société inclusive?

Conclusion

Destination Terra n’est pas pour moi une découverte, mais bien une redécouverte! Lors de la lecture de ce tome, j’ai eu un plaisir renouvelé à lire cette œuvre culte japonaise.

En attendant la venue au Québec du second tome qui, je l’espère arrivera pour le temps des fêtes, je pense que je vais entreprendre une énième écoute de l’anime…

Et vous, que pensez-vous de cette série?

Saviez-vous que…

Keiko Takemiya est l’une des mangaka qui a contribué à la naissance du shojo moderne

Toward the Terra est la première adaptation de Destination Terra. Le film d’animation a été réalisé en 1980. Voici la vidéo promotionnelle.

Le film Toward the Terra (1994) est disponible sous-titré anglais sur le site de Chunchyroll. Vous pouvez visionner gratuitement un extrait de deux minutes.

Je n’ai, malheureusement, pas trouvé sur quel site internet vous pouvez écouter l’anime de 2007. Néanmoins, vous pouvez regarder la vidéo promotionnelle. La musique que vous entendrez est celle présente lors de l’éveil de Jomy ainsi qu’à d’autres moments forts de la série.

Quelques images tirée du manga…

Tiré de la galerie d’image
Tiré de la deuxième partie
Éveil de Jomy en orbite d’Ataraxia

2 commentaires sur « Mon avis… Destination Terra t. 1 »

  1. Le coté catastrophe écologique et conquête de l’espace est intrigante. Je suis par contre un peu plus refroidit par les dessins. Il me fait penser à Lady Oscar et j’ai du mal… Mais je pourrais peut-être passé outre. Je surveillerais s’il vient de médiathèque. 😀

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :