Mon avis… Solo Leveling t.1-2

Première de couverture du tome 1

Chugong; Dubu (Redice Studio). Solo Leveling. Paris : Kbooks, 2021.
Webtoon, plus de 11 tomes

J’ai entendu parler de Solo leveling au début de l’année et j’ai été attiré par la première de couverture qui présente un personnage avec du style et qui semble puissant. Alors que la publication a commencé en avril, en Europe, j’ai dû faire preuve de patience et attendre les premières semaines d’août avant de me procurer le premier tome. À ce point, je n’étais pas certain d’aimer.

4e de couverture

Boss du donjon de niveau E où Jinwoo pénètre

Il y a dix ans, des portails menant à d’autres dimensions sont apparus un peu partout sur Terre. Au même moment, des humains se sont éveillés comme « chasseurs », leur conférant des aptitudes leur permettant de combattre les créatures qui sortent des portails au bout de 7 jours. Le seul moyen d’empêcher les créatures de sortir est d’entrer dans le donjon (portail) afin de tuer le « Boss ».

Sung Jinwoo est l’un de ces chasseurs habitant Séoul (Corée du Sud). Alors qu’il entre dans un Donjon de niveau E avec un groupe, sa vie changera…

Mon avis…

Lorsque je suis allé acheter le premier tome, j’ai été surpris pour de nombreuses raisons. Premièrement, je ne m’attendais pas à ce type de format 15×21 cm. Les mangas font généralement 11×18 cm. Son format et son prix sont semblables à une édition Deluxe de Kenshin publiée par Glénat ou à l’édition Perfect de Fullmetal Alchemist publiée par Kurokawa.

Deuxièmement, ce manhwa est publié dans le sens de lecture occidental, soit de gauche à droite. Ce qui est plutôt anormal pour un manga. J’ai ensuite découvert que Solo leveling est, en fait, deux séries de romans coréens totalisant 16 tomes qui ont été adaptés en Webtoon. Le Webtoon est un manhwa (manga coréen) sud-coréen publié sur internet qui a vu le jour en 2003. Depuis, le terme, « Webtoon », s’est généralisé et il désigne maintenant toutes les bandes dessinées publiées sur internet.

Puis, allant de surprise en surprise, j’ai été étonné par son poids et finalement j’ai découvert qu’il est entièrement en couleur!

Après ces surprises, toujours incertain sur l’œuvre, j’ai commencé ma lecture. Les trois premières pages du chapitre un dévoilent l’œuvre dans le feu de l’action, grâce à de magnifiques dessins détaillés qui renvoient au chapitre 10. Une fois accroché par ces trois pages, un retour en arrière s’effectue afin de dévoiler les fondements de cet univers, la mécanique des donjons et le personnage principal.

Tiré du tome 1 (1 des 3 premières pages)

Après la lecture des deux premiers tomes, j’ai fait quelques liens entre Solo Leveling et d’autres œuvres. La première n’est pas nécessairement une œuvre, mais un concept et genre cinématographique, les kaiju. « Kaiju » est un terme japonais qui désigne tout monstre qui a une stature géante et toutes les œuvres mettant en vedette les kaiju. Ces monstres attaquent généralement les grandes villes et la défense contre ces créatures est généralement confiée à l’armée. Ces créatures sont entre autres rencontrées dans Neon Genesis Evangelion sous le nom « d’Ange », dans le film Pacific Rim et dans le manga Kaiju no.8. Souvent, l’apparition de ces créatures s’effectue par des failles (Pacific Rim) et des portails (Evangelion). Comme dans ces œuvres, les monstres des donjons de Solo Leveling réunissent une grande partie des caractéristiques des kaiju.

Interface de Jinwoo

Le second lien que j’ai fait, c’est avec Sword art online. Comme dans ce manga, Solo Leveling est une œuvre de science-fiction et un « isekai ». L’ « isekai » se caractérise par un personnage qui n’est pas socialement accompli et qui grâce à un événement est propulsé dans un autre monde (virtuel, imaginaire, parallèle, etc.) où il finira par obtenir le succès grâce à des capacités qu’il débloque au travers une interface de jeu vidéo. Le personnage principal de Solo Leveling, Jinwoo, rencontre tous ces critères.

Au terme du tome 1, j’ai trouvé que l’histoire a posé les bases et que Jinwoo a connu une évolution spectaculaire. À ce point, j’ai foncé acheter le second tome.

Au terme de celui-ci, je trouve que l’évolution de Jinwoo est trop rapide à mon goût, car en moins de 25 chapitres, il est passé du plus nul qui ne fait pas le poids contre une créature de rang E à un tueur de créatures de rang C.

Jinwoo début du tome 1 et Jinwoo fin du tome 2

Conclusion

Malgré les points un peu plus négatifs que j’ai évoqués et certains découpages de cases qui ne se transportent pas bien du format électronique au papier, la série m’a accroché par son univers particulier et ses splendides cases couleur. En ce moment, j’attends avec impatience la parution du tome 3 afin de connaître la suite des aventures de Sung Jinwoo.

3 commentaires sur « Mon avis… Solo Leveling t.1-2 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :