Mon avis… Chiruran t. 7

UMEMURA, Shinya; HASHIMOTO, Eiji. Chiruran Shinsen Gumi Requiem : 7. Paris : Mangetsu, 2022.

Seinen, plus de 32 tomes (11 t. en français)

Chers lecteurs et chères lectrices,

Aujourd’hui, je vous présente mon avis sur le tome 7 de Chiruran que j’ai lu dans les dernières semaines. Les assassins de l’empereur ont été neutralisés et l’heure est à la guerre interne!

4e de couverture

« Le Miburôshi Gumi compte maintenant plus de 100 hommes dans ses rangs. Le camp Serizawa et le camp Kondô sont plus que jamais en opposition. Dans ce climat de troubles, un fidèle de Kondô se fait sauvagement assassiner. Cet incident va provoquer une guerre totale au sein de la milice. Le sang sera vengé par le sang! »

Autres articles sur le sujet

Mon avis… Chiruran tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6

Premières lignes : Chiruran tome 2, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6, tome 7

Mon avis…

Après la mort d’un des leurs dans le tome 5 et la neutralisation des assassins de l’empereur dans le tome 6, ce tome revient sur le Mibu Rôshi Gumi et plus précisément sur les différends, qui prennent de l’ampleur, entre le camp Serizawa et le camp Kondô.

Camp Serizawa à droite, Camp Kondô à Gauche
Matasaburô Saeki

Comme toujours, ce tome est constellé d’actions, il met l’accent sur Shinpachi Nagakura et Matasaburô Saeki (qui a un petit look Cruella d’Enfer) tout en dévoilant le passé d’un des personnages (Katamori Matsudaira). 

Il est temps de passer aux fleurs, à l’osore et à l’histoire.

Fleurs

Au travers des événements historiques narrés dans ce tome, des motifs floraux et naturels s’immiscent dans l’œuvre. Ce tome ne diverge pas des autres et il présente une belle variété de formes. Pour n’en nommer qu’un, notons la présence des fleurs sur les kimonos.

Osore

En plus des motifs floraux, l’osore est bien présente. Ai-je besoin de vous rappeler la définition d’osore? Si oui, faite moi signe dans la section commentaire.

La détermination de Toshizô Hijikata se dévoile dans son regard, mais il prend une dimension différente, plus menaçante lorsque l’aura de l’osore y est ajouté.

Toshizô Hijikata

Dans l’image suivante, l’osore illustre cette fois la détermination et la concentration de Shinpachi tout en rendant Matasaburô Saeki plus terrifiant et menaçant.

Techniques

Bien qu’il n’y ait pas de nom de technique identifiée dans ce tome, lors du combat entre Shinpachi Nagakura et Matasaburô Saeki, Shinpachi utilise une technique pour le moins surprenante…

Après quelques recherches et à ma plus grande surprise, j’ai fait une découverte pour le moins étonnante.

Le Shinken Shirahadori est le nom de la technique employée par Shinpachi pour arrêter le sabre de Matasaburô. Cette technique à la particularité d’être à 100 % une technique de spectacle! Cette technique de pure fiction consiste à arrêter une épée en mouvement grâce aux deux paumes de ses mains.Pure folie!

Toutefois, ce qui se rapproche le plus de la technique employée, ce sont les techniques Wadô-ryû. Ces techniques visent à désarmer et à neutraliser un adversaire armé à mains nues. 

Histoire 

Ancré dans l’iconographie et l’histoire japonaise, Shinya Umemura commence l’arc narratif qui mènera à la fin du Mibu Rôshi Gumi, l’assassinat de Yagi-Tei. Les événements qui sont et seront relatés dans cet arc se concentrent sur la période se déroulant entre juillet 1863 et octobre 1863.

Au cours de cette période, une guerre interne éclate entre les deux camps du Mibu Rôshi Gumi ce qui donne lieu à de sanglants combats.

Conclusion

Toujours aussi passionnante, l’histoire du Shinsen Gumi laisse transparaître l’application aux dessins d’Eiji Hashimoto et la passion de Shinya Umemura dans l’œuvre qu’ils s’efforcent de créer.

Toujours aussi bien balancé entre intrigue, combats et narration, l’histoire rappelle continuellement le thème floral, la puissance des adversaires avec les osores et l’histoire mouvementée de cette période du Japon.

Qu’ourdit Serizawa dans l’ombre!

Rappel – Réalité historique

Sans faire un portrait détaillé de la réalité historique, voici quelques faits qui vous éclaireront sur les événements relatés dans Chiruran qui se déroulent durant la majeure partie de l’époque Edo et chevauchent plusieurs ères. 

Durant l’époque Edo, le Bakufu d’Edo ou shogunat Tokugawa, un gouvernement militaire féodal, régnait sur le Japon au nom de l’empereur qui avait davantage un rôle de figurant que de décideur. 

Époque Edo ou période Tokugawa : 1600 à septembre 1868
Ère Kaei : Février 1848 à novembre 1854
Ère Ansei : Novembre 1854 à mars 1860
Ère Man’en : Mars 1860 à février 1861
Ère Bunkyu : février 1861 à février 1864
Ère Genji : février 1864 à avril 1865
Ère Keio : avril 1865 à septembre 1868
Époque et Ère Meiji : septembre 1868 à 1912

Le récit commence en 1912 à Edo (Tokyo) avant d’effectuer une analepse (retour dans le passé) en 1859. Voici quelques faits historiques :

  • En 1854 (an 7 de l’ère Kaei), le Commodore Perry fait signer de force un traité aux Japonais, mettant ainsi un terme à 200 ans d’isolationnisme.
  • En 1859, début de l’histoire de Chiruran (an 6 de l’ère Ansei)
  • 8 février 1863 (an 3 de l’ère Bunkyù), fondation du Rôshi Gumi, puis après avoir marché sur Kyoto, le Rôshi Gumi éclate en deux groupes.
  • 15 mars 1863, le Rôshi Gumi retourne à Edo, le Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu » (Camp Kondô et Camp Serizawa) est placé sous la tutelle du Clan Aizu.
  • Avril 1863, l’Empereur Komei Tenno rompt avec la tradition d’être un figurant et fait plier le Bakumatsu (gouvernement shogunal). Ce changement de position met le feu aux poudres. Les batailles pro-shogun contre pro-impériaux prennent de l’ampleur et des navires marchands anglais sont même coulés par les pro-impériaux.
  • Août 1863, le Mibu Rôshi Gumi devient le Shinsen Gumi.
  • Octobre 1863, le Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu » dirigé par le camp Serizawa quitte le Shinsen Gumi après les événements de Yagi-Tei.
  • En 1868, Restauration Meiji (époque Meiji 1868-1912)
  • En 1869, le Shinsen Gumi est dissous.

Voici quelques personnages historiques.

  • Toshizo Hijikata,  « Démon du Shinsen Gumi, Le chien fou du Shieikan »
    • 24 ans au début de l’histoire.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Saito Hajime (Goro Fujita)
    • 16 ans au début de l’histoire.
    • Ex-membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan.
  • Shinpachi Nagakura
    • 20 ans au début de l’histoire. À la fin de l’histoire, il est vivant et il a 72 ans.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
    • Ex-capitaine du 2e groupe de combat.
  • Soji Okita, « le sabreur démoniaque »
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Isami Kondo (Maitre du dojo)
    • 31 ans au début de l’histoire.
    • Membre et maitre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Sanosuke Harada, « Le faucheur »
    • 19 ans au début de l’histoire.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Keisuke Yamanami
    • 26 ans au début de l’histoire.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Eisaburô Abiru
    • Décédé en 1863 à 21 ans.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Heisuke Todo
    • 15 ans au début de l’histoire.
    • Membre du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan, puis du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Kamo Serizawa
    • Membre du Rôshi Gumi, puis du Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu ».
  • Katamori Matsudaira 
    • Samouraï qui a vécu (1836 à 1893) pendant la fin de l’époque Edo et la première moitié de l’ère Meiji. 
    • Il a été le 9e Daimyo du clan Aizu et le Commissaire militaire de Kyoto. 
    • Il a vécu le Bakumatsu (où le Shinsen Gumi était responsable de la sécurité de Kyoto) et la guerre de Boshin (guerre civile opposant le gouvernement shogunal à l’empereur Meiji).
  • Tanaka Shinbei 
    • Samouraï pro-impérial qui a vécu (1832 à 1863) pendant la fin de l’époque Edo.
    • Il est l’un des quatre hitokiri du bakumatsu.
  • Okada Izô, « Izô l’assassin »
    • Samouraï pro-impérial qui a vécu (1838 à 1865) pendant la fin de l’époque Edo.
    • Il est l’un des quatre hitokiri du bakumatsu.

Galerie d’image

Voici quelques images de ce tome

Image présente sur la 4e de couverture
Première page
Double page du chapitre 30
Double page du chapitre 31

4 commentaires sur « Mon avis… Chiruran t. 7 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :