Mon avis… Chiruran t. 2

UMEMURA, Shinya; HASHIMOTO, Eiji. Chiruran Shinsen Gumi Requiem : 2. Paris : Mangetsu, 2021.

Seinen, plus de 31 tomes (5 t. en français)

Aujourd’hui, je poursuis le rattrapage des chroniques et des avis en retard avec le tome 2 de Chiruran que j’ai lu durant la semaine du 15 novembre… Que d’action!

4e de couverture

«Troisième année de l’ère Bunkyû

Les hommes les plus courageux affluent des quatre coins du Kantô pour former le Rôshi Gumi, « les défenseurs de Kyoto ». Parmi eux, Kamo Serizawa scellera le destin de Toshizô Hijikata à jamais. Le futur chef du Shinsen Gumi fait une entrée fracassante : le duel l’opposant à Sôji Okita restera dans toutes les mémoires! »

Autres articles sur le sujet

Mon avis… Chiruran t. 1

Premières lignes : Chiruran t. 2

Mon avis…

Le premier chapitre de ce second tome clôture l’histoire opposant Hajime Saito et les vassaux du shogun ainsi que le premier sous-arc, l’école Tennen Rishin-Ryû Shieikan. Bien que relativement court, ce chapitre est plein d’actions et tous ne ressortiront pas indemnes.

Puis l’histoire fait un bond d’un an sur la trame temporelle. On retrouve Toshizo le 8 février 1863 pour le début du second sous-arc littéraire, la formation du Rôshi Gumi. Alors que le chapitre commence de manière paisible grâce à Tatsu qui présente à Toshizo les légendes présentes, la tension est à son comble entre les ronins. Une simple bousculade suffit pour déclencher les pulsions sanguinaires de ces combattants qui n’hésitent pas à trancher autrui… C’est la fondation du Roshi Gumi. Après avoir marché sur Kyoto, le Rôshi Gumi éclate en trois groupes, c’est le début du troisième sous-arc… 

Fidèles au Bakufu, le pouvoir militaire contrôlé par le shogun, le Rôshi Gumi s’est rassemblé le 8 février 1863 du calendrier lunaire (23 mars du calendrier grégorien) afin de former  le bras armé du Shogun Tokugawa.

Ce groupe de 234 personnes est formé de ronins (samouraïs sans maître), de bakuto (parieurs professionnels, ancêtre des yakuzas) et de paysans.

Dans le chapitre 7, j’ai remarqué une première incohérence. Lors d’une prolepse (projection dans l’avenir) en 1912, Shinpachi Nagakura mentionne à Makoto Ichikawa que le 8 février 1863 était un jour, comme aujourd’hui, neigeux. Or, dans le passage qui suit (en 1863), le temps est au beau fixe et il n’y a aucun signe laissant penser qu’il y a de la neige…

Outre cette petite dissonance, Shinya Umemura pose à nouveau de nombreux éléments historiques qui consolident et alimentent l’histoire, mais qui n’influencent en rien la fluidité du récit. De plus, avec le talent en dessins d’Eiji Hashimoto, Shinya Umemura introduit de nouveaux personnages du futur Shinsen Gumi.

Conclusion

Tout comme le premier tome, ce second est une réussite. Néanmoins, après avoir réfléchi sur ces deux premiers tomes, je pose le constat que l’auteur passe avec rapidité sur près de quatre ans d’histoire. À ce stade, sans avoir fait de recherche, je serais enclin à prédire que cette série ne durerait pas plus de 10 tomes. 

Cependant, la série compte à ce jour plus de 31 tomes! 

Considérant que le Shinsen Gumi a existé durant environ six ans, l’histoire va devoir ralentir de manière spectaculaire. J’espère ardemment que la longueur de Chiruran ne s’étire pas uniquement afin de profiter de sa popularité. 

J’ai tout de même hâte de découvrir la suite qui s’annonce chargée en duels.

Rappel – Réalité historique

Sans faire un portrait détaillé de la réalité historique, voici quelques faits qui vous éclaireront sur cette période.

Le récit commence en 1912 à Edo (Tokyo) avant d’effectuer une analepse (retour en arrière) en 1859. Voici quelques faits historiques :

●       En 1854, le Major Perry de l’armée américaine met fin à 200 ans d’isolationnisme. (Époque Edo vers 1600-1868)

●       En 1859, le Japon est en l’an 6 de l’ère Ansei (novembre 1854 à mars 1960)

●       En 1863 (an 3 de l’ère Bunkyù) fondation du Rôshi Gumi au début de l’année, puis après avoir marché sur Kyoto, le Rôshi Gumi éclate en trois groupes : le Rôshi Gumi qui retourne à Edo, le Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu » et le Shinsen Gumi qui a été créé en août.

●       En 1868, Restauration Meiji (époque Meiji 1868-1912)

●       En 1869, le Shinsen Gumi est dissout.

Les dix personnages du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan (dojo que rejoint Hajikata) sont tous des personnages historiques.

  • Toshizo Hijikata  « Démon du Shinsen Gumi, Le chien fou du Shieikan » (24 ans au début de l’histoire)
  • Saito Hajime (Goro Fujita) (16 ans au début de l’histoire)
  • Shinpachi Nagakura (Ex-capitaine du 2e groupe de combat) (20 ans au début de l’histoire)
  • Soji Okita « le sabreur démoniaque »
  • Isami Kondo (Maitre du dojo) (31 ans au début de l’histoire)
  • Sanosuke Harada « Le faucheur » (19 ans au début de l’histoire)
  • Keisuke Yamanami (26 ans au début de l’histoire)
  • Eisaburô Abiru
  • Heisuke Todo (15 ans au début de l’histoire)
  • Kamo Serizawa

5 commentaires sur « Mon avis… Chiruran t. 2 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :