Mon avis… Chiruran t.3

UMEMURA, Shinya; HASHIMOTO, Eiji. Chiruran Shinsen Gumi Requiem : 3. Paris : Mangetsu, 2021.

Seinen, plus de 31 tomes (5 t. en français)

Aujourd’hui, je poursuis le rattrapage des chroniques et des avis en retard avec le tome 3 de Chiruran que j’ai lu durant la semaine du 6 décembre 2021… Encore une fois que d’action!

4e de couverture

«Troisième année de l’ère Bunkyû
Les anciens membres du Rôchi Gumi – Serizawa, Kondô et leurs compagnons restés à Kyoto – essaient d’entrer au service du clan Aizu. Ils seront embauchés à une condition : vaincre les maîtres des cinq écoles d’Aizu dont la bravoure fait la fierté du clan à travers tout l’archipel. À la veille de la création du Shinsen Gumi, que cachent réellement ces combats féroces pour la bande de samouraïs rebelles? »

Autres articles sur le sujet

Mon avis… Chiruran tome 1, tome 2

Premières lignes : Chiruran tome 2, tome 3

Mon avis…

Le deuxième tome de Chiruran se termine avec le début du troisième sous-arc de l’arc un, le clan Aizu. À ce moment de l’histoire, le Rôshi Gumi est dissout et le groupe de Serizawa, de Kondô et leurs autres compagnons (qui deviendront le Shinsen Gumi) tentent d’entrer au service du clan Aizu. Confiants en leurs capacités, les membres du groupe de Kondô proposent d’intégrer le clan Aizu s’ils gagnent les cinq combats opposant les cinq maîtres d’école du sabre du clan Aizu.

Ce tome, de cinq chapitres, passe rapidement sur les quatre combats opposant le groupe de Kondô aux maîtres du clan Aizu. (Kondô contre Aizu)

  • Kamo Serisawa contre Yasuhisa Mochizuki
  • Sôji Okita contre Momojirô Kurokouchi
  • Shinpachi Nagakura contre Tsukasa Shiba
  • Isami Kondô contre Chûsaburô Takatsu
Sôji Okita (droite) contre Momojirô Kurokouchi (gauche)

Trois des quatre combats de ce tome ont un déroulement semblable. Présentation des combattants, combat, analepse (retour dans le passé) et fin du combat. Outre le fait que le déroulement soit répété successivement en un si court laps de temps, je trouve intéressant qu’Umemura ait créé un passé pour deux des combattants d’Aizu. Cette manière de procéder montre que l’auteur maîtrise l’univers dans lequel évoluent ses personnages.

Durant le chapitre 13, l’arrivée de Katamori Matsudaira ajoute à l’œuvre d’Umemura un personnage historique qui change le type de duel auxquels se livre le groupe d’Isami Kondô. Le ton de ce tome change alors pour devenir plus sérieux.

Katamori Matsudaira est un samouraï qui a vécu (1836 à 1893) pendant la fin de l’époque Edo et la première moitié de l’ère Meiji. Il a été le 9e Daimyo du clan Aizu et le Commissaire Militaire de Kyoto. Il a, entre autres, vécu le Bakumatsu (où le Shinsen Gumi était responsable de la sécurité de Kyoto) et la guerre de Boshin (guerre civile opposant le gouvernement shogunal à l’empereur Meiji).

Durant ce tome, l’auteur n’effectuera pas de prolepse vers 1912.

Comme je l’ai mentionné, pour le tome précédent, je trouve que l’auteur passe rapidement sur de nombreux éléments. Les combats qui sont généralement longs dans les autres mangas sont raccourcis à leur maximum 🙂 dans Chiruran.

Conclusion

Pour ce troisième tome, j’émets la même constatation que pour le second, l’histoire va devoir ralentir de manière spectaculaire. J’ai toujours espoir que la longueur de Chiruran ne s’étire pas uniquement afin de profiter de sa popularité. 

Néanmoins, la vigueur présentée dans les combats et les intéressantes analepses (retour en arrière) rendent l’histoire captivante. Je pense qu’une adaptation en anime serait fort intéressante.

Malgré la rapidité à laquelle se déroule l’histoire, j’ai tout de même hâte de découvrir la suite des aventures de Toshizô Hijikata et du Shinsen Gumi.

Rappel – Réalité historique

Sans faire un portrait détaillé de la réalité historique, voici quelques faits qui vous éclaireront sur cette période.

Le récit commence en 1912 à Edo (Tokyo) avant d’effectuer une analepse (retour dans le passé) en 1859. Voici quelques faits historiques :

●       En 1854, le Major Perry de l’armée américaine met fin à 200 ans d’isolationnisme. (Époque Edo vers 1600-1868)

●       En 1859, le Japon est en l’an 6 de l’ère Ansei (novembre 1854 à mars 1960)

●       En 1863 (an 3 de l’ère Nunkyù) fondation du Rôshi Gumi au début de l’année, puis après avoir marché sur Kyoto, le Rôshi Gumi éclate en trois groupes : le Rôshi Gumi qui retourne à Edo, le Mibu Rôshi Gumi « loups de Mibu » et le Shinsen Gumi qui a été créé en août.

●       En 1868, Restauration Meiji (époque Meiji 1868-1912)

●       En 1869, le Shinsen Gumi est dissout.

Les dix personnages du Dojo Tennen Rishin-Ryo Sheikan (dojo que rejoint Hajikata) sont tous des personnages historiques.

  • Toshizo Hijikata  « Démon du Shinsen Gumi, Le chien fou du Shieikan » (24 ans au début de l’histoire)
  • Saito Hajime (Goro Fujita) (16 ans au début de l’histoire)
  • Shinpachi Nagakura (Ex-capitaine du 2e groupe de combat) (20 ans au début de l’histoire)
  • Soji Okita « le sabreur démoniaque »
  • Isami Kondo (Maitre du dojo) (31 ans au début de l’histoire)
  • Sanosuke Harada «Le faucheur » (19 ans au début de l’histoire)
  • Keisuke Yamanami (26 ans au début de l’histoire)
  • Eisaburô Abiru
  • Heisuke Todo (15 ans au début de l’histoire)
  • Kamo Serizawa

Un avis sur « Mon avis… Chiruran t.3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :