Mon avis… Les chroniques de Nicci t. 4

Goodkind, Terry. Les chroniques de Nicci : Coeur de Glace Noire (tome 4). Paris: Bragelone, 2021. 523 p.

Aujourd’hui, je vous présente mon avis sur le quatrième et dernier tome de la série Les chroniques de Nicci. 

4e de couverture

« Après le siège d’Ildakar, le général Utros et son armée sèment la terreur dans l’Ancien Monde. Bravant la faim et le doute, les antiques guerriers fondent sur les villes côtières, où ils comptent se ravitailler… et perpétrer un massacre.

Prisonnier de Calvaire, le roi des Norukai, Bannon est rejoint par Lila sur la galère où il est contraint de ramer jusqu’à l’épuisement.

Ensemble, le jeune escrimeur et la Mora-Zith découvrent le plan dévastateur des esclavagistes : lancer sur les cités déjà menacées par Utros la plus grande armada de l’histoire.

Pris en tenaille, les défenseurs n’auront plus qu’à choisir leurs bourreaux… »

Autre article sur le sujet

Premières lignes : Coeur de Glace Noire

Premières lignes : Les enfants de d’Hara : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5

Mon avis : Les enfants de d’Hara : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5

Mon avis…

Avant d’entreprendre ce dernier voyage auprès de Nicci et de Nathan Rahl, j’espérais que ce tome aurait une conclusion acceptable, car Terry Goodkind est décédé en septembre 2020…

Lorsque j’ai lu les premiers chapitres, j’ai été un peu déboussolé, car mes souvenirs du troisième tome de la série remontent à quelques mois avant le début de la pandémie, soit en décembre 2019…

Après cet instant déconcertant, j’ai eu le plaisir de renouveler avec le style qui caractérise les œuvres de Terry Goodkind. 

Tout au long des voyages et des combats que livrent Nicci, Nathan et Bannon, l’incertitude règne en maître comme dans tous les autres livres de la série L’épée de vérité. Cette incertitude crée une angoisse qui pousse le lecteur à lire et cela crée un plaisir d’être constamment étonné par les événements.

Dans ce tome, je dirais qu’il y a cinq événements qui m’ont pris par surprise. Le premier, c’est l’utilisation d’une magie dangereuse, discutable et un brin désespérée. Lors d’un combat contre Nicci à Orogang contre les magiciennes Ava et Ruva, Ruva a utilisé une magie que l’on pourrait qualifier « d’arrangé avec le gars des vues » afin de se sortir d’un mauvais pas. Cette magie a permis à Ruva et à Utros de fuir en se téléportant… Que c’est pratique! Portoloin Harry Potter! Sors de ce livre!!!!

La seconde surprise, ce sont les Zhiss. Généralement, dans les autres livres de Terry Goodkind, chaque créature a son utilité et son origine. Les Selkas, genre de sirènes, ont été créées afin de combattre dans les plans d’eau. Les Garn existent pour combattre des créatures mi-homme mi-serpent, etc. Or, on ne sait rien des Zhiss outre qu’ils sont dangereux… Le fait de ne rien savoir sur ces créatures me laisse sur ma faim.

Le troisième événement qui m’a frappé, c’est la mort de la sœur de la lumière et Abbesse Verna. Verna est l’un des personnages récurrents de la série auquel les lecteurs se sont attachés au fil du temps. La première mention de Verna remonte au second tome de la série L’épée de vérité : La pierre des larmes. Personnage récurrent dans près de 10 tomes de l’univers créé par Terry Goodkind, Verna ne s’est pas sacrifié en vain, heureusement.  

Comme dans la série Les enfants de d’Hara, l’auteur fait des rappel des événements qui sont survenus dans L’épée de vérité. Bien qu’ils n’ajoutent rien de particulier, ces rappels permettent au lecteur de se rafraîchir la mémoire sur le parcours d’un ou de plusieurs personnages depuis leur arrivée dans l’univers. Plusieurs de ces rappels ont été faits lorsque Nicci a reçu la réponse à sa lettre de demande d’aide envoyée à Richard, le seigneur Rahl. Ce qui m’a particulièrement étonné, ce n’est pas la réponse négative que Richard adresse, car il a d’autres problèmes à gérer (je suppose qu’il s’agit des événements narrés dans Les enfants de d’Hara), mais bien l’artefact que Richard a envoyé à Nicci. Il n’a jamais rien fait de ce genre! OK! Richard a de la facilité avec cet aspect de la magie, mais c’est plutôt inhabituel qu’il fasse consciemment de la magie…

Finalement, le dernier événement, c’est l’utilisation de l’artefact par Nicci. Comme Terry Goodkind en a l’habitude, le problème paraît insoluble ou impossible jusqu’à ce qu’un éclair de génie frappe de plein fouet le personnage principal au dernier moment. De plus, l’explication entourant le problème et sa solution est généralement dévoilée après coup. Un classique à la Goodkind! 

Ce quatrième tome conclut tant bien que mal la série. Les précédentes menaces sont disparues (Le buveur de vie, Ildakar, Utros, etc.), mais l’apparition du Nouvel Ordre Impérial à la mi-page 521 sur 523 vient gâcher la conclusion de la série, car ce nouvel ordre laisse entendre d’autres aventures…

Conclusion

Après avoir lu les cinq tomes de la série Les enfants de d’Hara, j’ai vraiment l’impression de retrouver la plume de Terry Goodkind. Comme la majorité des livres de cet auteur, le dernier est riche en événements et en rebondissements. 

Une page se tourne après 25 tomes et 26 ans d’aventures (parution originale entre 1994 et 2020). Je garde un très bon souvenir de la lecture de tous les romans de cet auteur. Le voyage fut très agréable.

Peut-être les relirai-je un jour?

Dans tous les cas, j’espère vous avoir donné le goût de lire les riches séries de Terry Goodkind.

Avec une fin ouverte comme celle-ci, qui sait s’il y aura un jour des Contes et légendes inachevés comme Tolkien ou une suite comme Millenium?

Un avis sur « Mon avis… Les chroniques de Nicci t. 4 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :